En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l’utilisation des cookies pour permettre à la Région de réaliser des statistiques de visites.

Non, je souhaite En savoir plus

J'ai compris

Cookies

Les cookies sont des petits fichiers texte déposés sur votre terminal (ordinateur, tablette ou mobile) lors de la visite d'un site. Ils permettent de reconnaître un internaute, d'une visite à une autre.

 

La Région Normandie utilise l'outil Google analytics pour collecter des statistiques anonymes sur l'utilisation du site par les internautes (ex : pages les plus consultées, nombre de visiteurs, navigateurs utilisés, ...). En naviguant sur les sites de la Région, un cookie Google analytics est déposé sur votre terminal.

 

Les cookies sont gérés par votre navigateur internet (Chrome, Firefox, Internet explorer, Safari…). Vous pouvez désactiver et/ou supprimer les cookies dans les Options/Préférences de votre navigateur. Vous pouvez obtenir de l’aide dans le menu Aide de votre navigateur ou sur son site internet.
+ d’infos : www.cnil.fr

 

             

Pédagogie et technologie : ne pas se tromper de priorité

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Tout le monde parle de "révolution numérique", de formateurs et formations 2.0 voire 4.0.

L'utilisation de noms tels que serious game, MOOC, SPOC, classe inversée ; plus récemment escape games, classe renversée... sont entrés dans le jargon de la formation et de l'enseignement et de la formation.

 

Mais derrière tous ces outils, ces techniques, ces technologies, se cache une seule et même préoccupation : la volonté de transmettre au mieux des savoirs et connaissances et de former à des compétences, des métiers...

Le formateur possède de nouvelles craies "connectées" (par exemple le TBI), de nouveaux supports, des outils collaboratifs, des outils de veille et de curation. Le formateur doit s’adapter et développer sa maîtrise de ces outils numériques pour choisir le bon format de la ressource proposée à l’apprenant selon l’activité visée. L’outil numérique utilisé doit accompagner l’apprenant dans son développement des connaissances, lui permettant de développer l’activité cognitive souhaitée.

Le formateur doit également s’adapter au niveau des apprenants face à leur capacité d’utilisation des nouvelles technologies et prévoir le temps nécessaire pour cela.

Mais s’il n'est pas bon pédagogue ces outils ne lui permettront pas de mieux transmettre, de mieux guider ses apprenants dans un monde où en plus le numérique peut "noyer" plus qu'aider celui qui n'a pas "dompté" internet et les réseaux sociaux et d'informations numériques. 

Côté apprenant, grâce aux outils technologiques, il peut effectuer les mêmes activités qu'auparavant, mais avec une ergonomie facilitée. Par exemple, sur tablette,  la correction d’exercices peut être effectuée immédiatement par le formateur durant la session, permettant de faire un bilan rapide des acquis en fin de session. Il est par ailleurs possible de réaliser de nouvelles activités : travail de groupe à distanceavec les outils de travail collaboratif, création de blogs grâce aux outils auteurs disponibles gratuitement... A la condition que l’apprenant soit à l’aise avec l’utilisation d’outils digitaux. Si cela n’est pas le cas son accompagnement est très important afin d’éviter l’isolement et parfois même le décrochage.

Le but à atteindre du pédagogue n'a pas changé. Il doit se vêtir des habits de  TECHNO-pédagogue, de guide et coach pour permettre de  "nager" dans les nouvelles "eaux digitales".

 

Cet article nous a été proposé par Claire Giannesini, étudiante en Master IME (Ingénierie des Médias et de l'Education) et nouvelle adhérente Communotic. L'équipe Communotic la remercie pour cette belle initiative.

Le blog dont est tiré son article est accessible ici :https://prodageo.wordpress.com/

Mis à jour le vendredi 27 octobre 2017 16:16
Écrit par Christophe Jourdain

Vous n'avez pas les droits nécessaires pour poster des commentaires