En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l’utilisation des cookies pour permettre à la Région de réaliser des statistiques de visites.

Non, je souhaite En savoir plus

J'ai compris

Cookies

Les cookies sont des petits fichiers texte déposés sur votre terminal (ordinateur, tablette ou mobile) lors de la visite d'un site. Ils permettent de reconnaître un internaute, d'une visite à une autre.

 

La Région Normandie utilise l'outil Google analytics pour collecter des statistiques anonymes sur l'utilisation du site par les internautes (ex : pages les plus consultées, nombre de visiteurs, navigateurs utilisés, ...). En naviguant sur les sites de la Région, un cookie Google analytics est déposé sur votre terminal.

 

Les cookies sont gérés par votre navigateur internet (Chrome, Firefox, Internet explorer, Safari…). Vous pouvez désactiver et/ou supprimer les cookies dans les Options/Préférences de votre navigateur. Vous pouvez obtenir de l’aide dans le menu Aide de votre navigateur ou sur son site internet.
+ d’infos : www.cnil.fr

 

             

Les 5 pêchés capitaux du e-learning

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

L’arrivée massive des cours en ligne depuis quelques années a soulevé de nombreuses questions sur les différences avec le présentiel. Moins nombreuses sont les études qui intègrent une approche scientifique pour analyser le  e-learning : structure,  ergonomies, interaction avec l’utilisateur sont pourtant des facteurs décisifs dans la réussite et la qualité d'un cours en ligne.

 C’est pourquoi le professeur Hermann Astleitner, maitre de conférences en sciences de l’éducation à l’Université de Salzbourg. propose une méthode innovante, basée sur 5 émotions clés, pour construire un e-learning efficace et attractif

La méthode FEASP : Fear, Envy, Anger, Sympathy, Pleasure

Lapprentissage en ligne diffère radicalement du présentiel par le fait que l’utilisateur n’est plus face à une personne physique mais face à lui-même. Le regard sur soi pèse lourd dans la perception qu’aura un élève de son e-learning. Ainsi, si ces 5 émotions sont bien gérées dans un e-learning, les chances que l'élève suive efficacement la e-formation de A à Z  augmentent radicalement. 

Une émotion, une règle

Le professeur Astleitner décortique ainsi les garde-fous à mettre en place autour de chaque émotion lors de la construction d'une formation en ligne. 

Peur : à minimiser. La peur est le second facteur d’abandon d’un cours en ligne ; pour la réduire, deux solutions simples à intégrer : développer des attentes claires et afficher un suivi permanent de la progression. La création d’une communauté d’entraide autour du cours est d’une grande aide également.

Envie : pour les formations en ligne collectives, telles que celles en entreprise, la comparaison et la compétition entre employés sont des facteurs de démotivation pour beaucoup. Il faut donc prévoir des exercices de groupe ainsi que des auto-évaluations où chacun se rassure dans ses forces et ses points à améliorer, plutôt que de chercher l’approbation d’autrui.

Colère : de loin le premier facteur d’abandon d’un cours en ligne ! la colère contre soi ou contre le cours empêche l’apprentissage. Pour la calmer et la parer, il est important de laisser du temps de réflexion et de « digestion » sur chaque étape du cours, et solliciter en permanence des retours utilisateurs pour instaurer un dialogue de médiation.

Sympathie : au sens où l’entend le professeur, la sympathie englobe l’empathie et la compassion. Ces deux traits sont des moteurs forts de motivation et d’apprentissage, à développer à tout prix dans des formations collaboratives ; par exemple en instaurant des cas de médiation et résolution de conflit au sein d’un cours, ou en mettant en place des systèmes de mentoring.  

Plaisir : en e-learning, le plaisir est l’opposé de la colère : c’est le facteur déterminant dans la réussite d’un apprenant et dans sa constance au long cours. En générer est simple : via des récompenses par étapes, des cas pratiques ou des serious games de plus en plus complexes, ainsi que par une mise en avant des résultats (par les réseaux sociaux d’entreprises par exemple).  

Pour plus de détails, nous vous invitons à lire l'article complet (en anglais) par ici

Mis à jour le jeudi 20 juillet 2017 14:16
Écrit par Samuelle Dilé

Vous n'avez pas les droits nécessaires pour poster des commentaires